LA SOUFFLERIE

 

Mon blog « aerotrash », avec les tests d’hélices : http://aerotrash.over-blog.com/

 

 

 

IMGP6479

 

 

Certes, il faut une bonne dose de folie pour construire une soufflerie dans son grenier !

 

 

Description générale de la soufflerie :

 

La soufflerie a été construite dans le but premier de tester des motorisations électriques, hélices, etc. Ainsi que des dispositifs de refroidissement.

 

La soufflerie est de type Eiffel, à veine libre. Sa longueur totale est de 2m60.

 

La chambre de test mesure 60cm de haut pour 60cm de large, sa profondeur est de 50cm. L’entrée de la chambre de test est un carré de 30cm de côté.

 

Le cône d’entrée est de section carrée, de 78cm de côté en entrée à 30cm de côté en sortie.

 

Le cône de sortie à une section évoluant du carré 30x30cm à l’octogone de 60cm de diamètre.

 

La circulation de l’air est assurée par un moteur électrique, 220V 900W, entraînant deux hélices de 50cm de diamètre pour 30cm de pas.

La vitesse de rotation est de 2850 tr/min environ pour une puissance consommée de 465W.

 

La vitesse de l’air à l’entrée de la chambre de test est de 14,7 m/s environ.

 

Le moteur électrique testé est alimenté par une alimentation stabilisée.

 

Instruments de mesures :

 

Les conditions atmosphériques sont données par une station météo : température ambiante, pression de l’air et humidité relative.

 

La vitesse du flux d’air est mesurée par un anémomètre de poche et un tube de pitot.

 

La poussée et la traînée sont mesurées par une balance électronique de précision (800g/0,1g). Les forces sont transmises à la balance via un système de levier en équerre, calibré.

 

Le couple est calculé d’après les mesures de tension et d’intensité du courant transmis au moteur électrique, en tenant compte des caractéristiques du moteur (KV, Ri, conso à vide…) selon un certain modèle théorique (en gros le même principe que Drive Calc). La tension, l’intensité et la vitesse de rotation sont enregistrées via un data logger EagleTree.

 

La température du bobinage du moteur est estimée d’après les indications données par une sonde placée à l’intérieur du moteur.

 

La saisie des données se fait en partie manuellement (et oui, petit budget…), d’après les photos de certains instruments (notamment la température moteur et les indications de la balance).

 

IMGP6498

 

La chambre de test est bien encombrée ! (avant le logger, toutes les données étaient enregistrées à la main !)